La France se prépare à des élections qui mettront à l'épreuve le pouvoir de Macron | Best Countries

Points clés à retenir

  • Le président français Emmanuel Macron a convoqué de nouvelles élections législatives au début du mois après que le parti d'extrême droite Rassemblement national français ait obtenu de bons résultats lors des élections parlementaires de l'Union européenne.
  • Le Rassemblement national a obtenu de solides résultats en vue du premier tour des élections du 30 juin.
  • Cette décision constitue une « erreur de calcul majeure » de la part du président français dont le mandat est limité, selon un expert.

Macron a annoncé plus tôt ce mois-ci qu'il dissolvait la chambre basse du Parlement français, le premier tour des élections législatives pour l'Assemblée nationale étant fixé au dimanche 30 juin et le second tour au 7 juillet. Le Rassemblement national de droite a fait une belle performance aux élections au Parlement européen. Un récent sondage montre que le parti, dirigé par Marine Le Pen, ancienne ennemie des élections de Macron, et Jordan Bardella, le président du parti, est loin devant le bloc centriste de Macron et une alliance plus à gauche connue sous le nom de Nouveau Front populaire.

Avec l'aimable autorisation de Vivien Schmidt

Vivien Schmidt est professeur à l'Université de Boston.

La convocation de nouvelles élections est une décision risquée de la part du président français, qui risque de lui porter préjudice, quels que soient les résultats, estime Vivien Schmidt, professeur à l'université de Boston et directeur fondateur du Center for the Study of Europe de cette université. Macron a déjà dû remplacer un Premier ministre plus tôt cette année.

« Il est fort probable que sa situation sera bien pire à la fin de cette période », déclare Schmidt. « Et de nombreux membres de son parti vont devoir chercher d’autres emplois. Cela ne fait aucun doute. »

Schmidt a parlé avec US News cette semaine des élections, des enjeux pour Macron et des implications plus larges pour l'Europe et les relations entre la France et les États-Unis. Les questions et réponses ci-dessous ont été modifiées pour des raisons de longueur et de clarté.

Pourriez-vous expliquer pourquoi ces élections ont lieu en France maintenant ?

La réponse courte est que Macron prend un gros pari. Son parti a perdu de nombreux sièges (aux élections au Parlement européen) et l'extrême droite est arrivée en tête. Il est en fait assez inhabituel qu’un président réagisse de cette manière, mais Macron l’a fait.

Macron n'a plus de majorité absolue au Parlement depuis les élections législatives d'il y a deux ans, et il doit donc gouverner par décrets. Il existe un article appelé 49.3 qui lui permet de faire passer une politique par la force. C'est ainsi qu'il a utilisé la réforme des retraites, en faisant passer l'âge de la retraite de 62 à 64 ans, et il l'a fait à maintes reprises.

L'extrême droite disposait essentiellement de la pluralité des voix aux élections parlementaires européennes, et ce sont elles qui ont déclaré qu'il fallait de nouvelles élections législatives sans jamais croire que cela se produirait. Mais Macron l’a fait.

Pouvez-vous nous expliquer un peu plus pourquoi Macron prend ce grand pari ?

Il a calculé que cela pourrait être un moyen de sauver son parti. A mon avis, c'est une grave erreur de calcul et tous les sondages le suggèrent.

En 2002, quand Jean-Marie Le Pen, le père de Marine Le Pen, s'est présenté aux élections contre Jacques Chirac, alors président de la République, tout le monde a voté pour lui et contre l'extrême droite. Plus récemment, Macron s'est présenté comme le rempart contre l'extrême droite et il a supposé qu'au second tour des élections législatives, ce serait lui contre l'extrême droite et que tout le monde, même en se pinçant le nez, voterait pour son parti. C'est une erreur de calcul majeure car il s'est avéré que la gauche s'est rassemblée – le centre-gauche et l'extrême gauche – ce qu'il n'avait jamais prévu. Et le résultat est, aussi probablement que non, que dans beaucoup de ces circonscriptions, il pourrait y avoir au second tour une lutte entre l'extrême droite et la gauche et que son propre parti serait décimé.

Donc sa stratégie maintenant… est de diaboliser la coalition de gauche, le Nouveau Front Populaire, et d'en parler comme si c'était tout (le parti populiste français de gauche) La France Insoumise. Ils avancent des arguments sur leur caractère antisémite parce que (leader de LFI et membre éminent de la coalition) Jean-Luc Mélenchon a fait dans le passé des commentaires laissant ouverte la question de savoir s'il était antisémite ou non.

Mais c’est l’extrême droite qui a une histoire politique marquée par l’antisémitisme. C’est quelque chose qui vient de leur passé. C’est du nationalisme, du souverainisme. C’est ça : « Nous haïssons les étrangers et les étrangers parmi nous qui ne sont pas vraiment français. »

Parlons un peu plus du parti Rassemblement national. Pourquoi gagne-t-il autant d’influence et de popularité en France ?

Une réponse simple : ils sont les petits nouveaux du quartier. Pourquoi ne pas leur donner une chance ? Et je pense qu’il y a toute une série d’électeurs qui peuvent ressentir cela.

Mais la réponse la plus longue, un peu plus compliquée, est que Macron a essentiellement vidé le centre-droit et le centre-gauche de leur influence. Lorsqu’il s’est présenté en 2017, il a déclaré qu’il n’était ni de droite ni de gauche, mais qu’il était du centre critique. Il était contre les partis de l’establishment de droite et de gauche, et qu’il allait faire quelque chose de différent. Il s’est avéré qu’il a gouverné beaucoup plus au centre-droit qu’au centre-gauche. Mais ce faisant, il a quand même attiré des voix au centre-droit et au centre-gauche et, par conséquent, les deux partis ont été réduits à néant. Aujourd’hui, l’extrême droite n’a fait que gagner du terrain au fil du temps.

Pour expliquer la montée de l'extrême droite, il faut dire qu'elle a adopté une politique de normalisation. Marine Le Pen a pris le contrôle du parti, elle ressemble beaucoup à Jean-Marie Le Pen, mais elle a décidé de le dédiaboliser, de le faire passer pour un parti normal. Et ce processus a été si intense qu'au fil du temps, un nombre croissant d'électeurs considèrent le parti comme normalisé.

Ensuite, le visage du parti a changé, notamment lors de ces élections législatives. Le Pen est passé au second plan face à Jordan Bardella, un homme de 28 ans doté d'énormes capacités – extrêmement communicatif et apparemment aimable. Et il présente la ligne de son parti d'une manière qui semble séduisante. De plus, il a un grand nombre d'abonnés sur TikTok, ce qui signifie qu'il sait utiliser les médias sociaux et qu'il les utilise très efficacement avec les plus jeunes. Ainsi, ils n’ont pas seulement l’ancienne génération, mais aussi une nouvelle génération plus jeune qui considère Bardella comme cool et charismatique et ne porte pas le bagage de Le Pen.

C'est lui qui parle et qui sera Premier ministre si le Rassemblement national obtient la majorité absolue.

Quel impact ces élections pourraient-elles avoir sur l’Europe plus largement ?

Je pense que quels que soient les résultats, l’impact sur l’Europe est lié à Macron, qui a été une voix très positive et énergique pour faire avancer l’Europe. Il est la voix de l’innovation en Europe sur de nombreux fronts. Dans la mesure où il a été affaibli sur le plan électoral en France, cela affaiblit simplement sa voix en Europe et détourne également son attention de l’Europe pour la ramener aux questions intérieures. Il lui reste encore trois ans, mais il s’est transformé – en convoquant ces élections – en une sorte de président boiteux, non seulement au niveau national, mais aussi au sein de l’UE en tant que dirigeant.

Qu’en est-il des implications pour les relations franco-américaines ?

Soit le Rassemblement national obtient la majorité absolue, soit un Premier ministre faible. Si c'est le cas, les relations franco-américaines ne changeront pas, car le président Macron sera toujours aux commandes. Si c'est le Rassemblement national, ce n'est pas clair, car ils ont déjà tenu un discours pro-russe, notamment sur l'Ukraine. Il y aura donc des tensions. Les obligations internationales en matière d'environnement ne seront pas respectées, je pense.

Mais pour l’essentiel, en matière de politique étrangère, le président reste le maître de la situation. Je ne pense donc pas que cela changera grand-chose, à part les difficultés liées à un gouvernement national qui privilégie la France d’abord, l’équivalent de « l’Amérique d’abord ». Je pense que ce sera plus compliqué pour l’Europe que pour les États-Unis s’il y a une majorité absolue et un Premier ministre d’extrême droite.. (Note de l'éditeur : Ce scénario en France est connu sous le nom de « cohabitation. » Si le Rassemblement national obtenait la majorité absolue, Macron serait obligé de choisir un nouveau Premier ministre parmi ce groupe – probablement Bardella.)

Y a-t-il autre chose que, selon vous, les lecteurs devraient savoir ?

On ne sait pas trop ce qui va se passer. Il y a toutes sortes de sondages, mais tout est très flou et dépend en grande partie de ce qui va se passer au premier tour. Car au premier tour, il ne s'agit pas d'un affrontement entre un parti et un autre. Ce sont des élections législatives, donc tout dépend aussi des candidats dans les différentes circonscriptions électorales.

Je pense que la seule chose qui est probablement vraie, c'est que nous ne savons pas vraiment ce qui va arriver au parti de Macron, mais il est plus que probable que l'on puisse prédire qu'il sera dans une situation bien pire à la fin de cette période. Et de nombreux membres de son parti vont se retrouver à la recherche d'un autre emploi. C'est indéniable. Même si, au final, l'extrême droite n'est pas élue et n'obtient pas la majorité absolue. Car on peut avoir un mélange de centre-gauche, de centre-droit, d'extrême droite et d'extrême gauche, mais sans aucune majorité claire, si ce n'est que la pluralité de Macron aura disparu. Et son parti arrivera en dessous des autres partis.