Sondage : les Russes aiment toujours Poutine et soutiennent la guerre en Ukraine | Meilleurs pays

Les majorités des personnes interrogées en Russie soutiennent Vladimir Poutine alors qu’il brigue un autre mandat présidentiel et acceptent sa justification de la guerre en Ukraine comme une lutte plus large avec l’Occident, selon les résultats d’une nouvelle enquête. enquête publié mardi.

Mais des courants sous-jacents au sein de la population russe sont également préoccupés par le malaise économique dans le pays et craignent la direction que pourrait prendre la guerre.

Les conclusions du NORC de l’Université de Chicago dressent un tableau largement positif du dirigeant russe sur le plan national. Près des deux tiers (65 %) des personnes interrogées ont indiqué qu’elles soutiendraient la candidature de Poutine à un cinquième mandat présidentiel lors des élections de mars dans le pays – une part qui comprend 53 % qui ont déclaré qu’ils approuveraient « fortement » sa nomination. Soixante-six pour cent ont également déclaré qu’ils étaient plus susceptibles de voter pour Poutine plutôt que pour un autre candidat.

Le sondage a été réalisé par NORC en novembre et Poutine s’est officiellement inscrit comme candidat à la présidentielle en décembre. Il pourrait rester au pouvoir jusqu’en 2036 – ou pour deux mandats supplémentaires – suite aux réformes constitutionnelles approuvé par les législateurs et les électeurs russes.

Les personnes interrogées soutiennent également la guerre menée par la Russie en Ukraine depuis près de deux ans, que le gouvernement du pays a qualifiée d’« opération militaire spéciale ». Quarante-cinq pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu’elles soutenaient fortement le conflit et 18 % le soutenaient « plutôt », la principale raison de ce soutien étant de « défendre le pays contre les États-Unis et l’OTAN ».

De même, 64 % des personnes interrogées sont d’accord avec l’affirmation suivante : « Le conflit avec l’Ukraine représente une lutte civilisationnelle entre la Russie et l’Occident ».

«Alors que Poutine a bénéficié d’un soutien public plus important grâce à son long mandat à la tête du pays que celui enregistré dans ce sondage et que le bien-être de nombreux Russes a été touché ou bloqué depuis l’invasion, l’opinion publique russe dans son ensemble considère les actions de son pays dans L’Ukraine est une réponse justifiée à une menace extérieure », a déclaré Vadim Volos, vice-président de NORC, dans un communiqué.

Ce n’est pas la première fois que NORC interroge les Russes. Un 2014 enquête par The Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research a noté que Poutine – alors dans son troisième mandat de président après un passage en tant que Premier ministre – avait un taux d’approbation de 81 %. Ce sondage a été réalisé à la suite de l’annexion de la Crimée par la Russie à l’Ukraine, les personnes interrogées à l’époque faisant part de leurs inquiétudes quant à la situation économique et estimant que les sanctions américaines et européennes avaient un impact négatif sur l’économie dans son ensemble.

La nouvelle enquête révèle également un plus grand soutien aux actions de Poutine à l’étranger qu’au pays, avec 50 % exprimant une forte approbation de la politique étrangère de son gouvernement et 37 % affirmant la même chose pour sa politique intérieure.

Les difficultés économiques reviennent également dans l’esprit des Russes, une majorité (55 %) se déclarant soit « extrêmement » soit « très » préoccupée par l’économie russe, englobant des facteurs tels que le coût de la vie et l’emploi. 29 % supplémentaires se disent quelque peu préoccupés, même si les personnes interrogées ne sont généralement pas aussi préoccupées par les sanctions économiques imposées à la Russie en raison de son invasion de l’Ukraine. Seuls 10 % se disent extrêmement préoccupés par les sanctions, tandis que 34 % déclarent ne pas être « du tout » préoccupés.

Dans le même temps, alors que 48 % des personnes interrogées déclarent se trouver dans la même situation économique qu’il y a deux ans, les Russes sont plus nombreux à déclarer qu’ils sont « dans une pire situation » (32 %) que dans une « meilleure situation » (19 %). Des prix plus élevés (65 %) et des revenus plus faibles (39 %) sont les principales raisons pour lesquelles les personnes interrogées ont déclaré que leur situation était moins bonne.

Les Russes éprouvent également un certain niveau d’anxiété à l’égard d’autres sujets. Un peu plus d’un tiers (34 %) se disent extrêmement ou très préoccupés par la possibilité que la guerre en Ukraine ne dégénère « en un conflit direct avec l’OTAN », et 43 % au total se disent préoccupés par la menace d’une guerre nucléaire. La corruption est également liée à l’économie et constitue le pourcentage combiné de préoccupations le plus élevé, à 55 %.

L’exactitude des résultats des sondages en Russie peut être difficile à croire ou à interpréter étant donné le régime autoritaire du pays et l’intolérance générale à l’égard de la dissidence. Cependant, dans l’ensemble, les conclusions les plus récentes de NORC s’alignent généralement sur celles du Centre Levada, une organisation de sondage russe indépendante et non gouvernementale. Le centre récemment mesuré La cote d’approbation de Poutine à 83 % en décembre 2023, et approbation de la guerre en Ukraine à 76%.

Les résultats du sondage font également suite aux conclusions de 2023 de l’analyse Best Countries de US News, qui montrent que 67 % des personnes interrogées dans 36 pays ont convenu que leur pays devrait soutenir l’Ukraine dans sa défense contre la Russie, et que 72 % des personnes interrogées considéraient la Russie comme une menace pour le monde. . Cette enquête n’a pas été réalisée en Russie même, bien qu’elle ait porté sur différentes régions du monde.

L’enquête NORC a été menée par téléphone en Russie entre le 13 et le 21 novembre, auprès d’un échantillon aléatoire de 1 046 adultes russes avec une marge d’erreur de 3,4 points de pourcentage.