Les conducteurs remettaient près de 36 000 contraventions de stationnement par jour à des entreprises privées

Les conducteurs reçoivent en moyenne près de 36 000 contraventions de stationnement par jour de la part d’entreprises privées en Grande-Bretagne, selon de nouveaux chiffres.

Plus de 3,3 millions de billets ont été distribués entre juillet et septembre, selon l’analyse des données gouvernementales réalisée par l’agence de presse PA et la Fondation RAC, une organisation caritative de recherche automobile.

Ce chiffre est en hausse de 16 % par rapport aux 2,9 millions enregistrés au cours de la même période de l’année dernière et représente une moyenne quotidienne record de 35 960.

Chaque ticket peut atteindre 100 £, ce qui signifie que le coût total pour les conducteurs pourrait avoisiner les 3,6 millions de £ par jour au tarif actuel.

Les entreprises de stationnement privées ont été accusées d’utiliser des panneaux trompeurs et déroutants, de procéder à un recouvrement de créances agressif et de facturer des frais déraisonnables.

En mars, cela fera cinq ans qu’une loi a été promulguée pour introduire un code de bonnes pratiques en matière de stationnement soutenu par le gouvernement et un service d’appel indépendant afin de mieux réglementer le secteur du stationnement privé. Pourtant, même aujourd’hui, nous ne savons pas quand ces mesures seront introduites.

Steve Gooding, Fondation RAC

Un code de bonnes pratiques tant attendu visant à éradiquer certains des pires comportements du secteur devait être introduit après l’adoption de la législation par le Parlement en mars 2019.

Le code – initialement déposé devant le Parlement en février 2022 et qui devrait entrer en vigueur dans toute la Grande-Bretagne d’ici la fin de 2023 – prévoyait que le plafond des contraventions pour certaines infractions de stationnement devrait être réduit de moitié à 50 £.

Il a été retiré par le Gouvernement en juin 2022 suite à une contestation judiciaire des sociétés de stationnement.

Le directeur de la Fondation RAC, Steve Gooding, a déclaré : « Nous espérons tous de bonnes choses en 2024, mais ceux qui attendent peut-être le plus une bonne année sont le grand nombre de sociétés de stationnement opérant sur des terrains privés.

« En mars, cela fera cinq ans qu’une loi a été promulguée pour introduire un code de bonnes pratiques en matière de stationnement soutenu par le gouvernement et un service de recours indépendant afin de mieux réglementer le secteur du stationnement privé. Et pourtant, même aujourd’hui, nous ne savons pas quand ces mesures seront introduites.

« Ce rythme glacial a été une source d’immense frustration pour les millions de conducteurs lourdement sanctionnés pour de prétendues infractions dans les parkings privés et pour tous les députés qui, au moment du débat sur la loi, faisaient la queue pour raconter au Parlement les problèmes de stationnement. histoires d’horreur rapportées par leurs électeurs.

Un nouvel appel à témoignages sur le code de bonnes pratiques géré par le Département de la mise à niveau, du logement et des communautés (DLUHC) s’est clôturé le 8 octobre.

Un porte-parole de la British Parking Association, qui représente les exploitants de parkings, a déclaré : « Les automobilistes bénéficient massivement de parkings bien gérés et entretenus, garantissant des déplacements plus faciles et de meilleures expériences de stationnement.

« Le contrôle est un élément clé d’une gestion efficace du stationnement, ce qui signifie que les conducteurs imprudents et égoïstes ne bloquent pas les places, ne se garent pas dans les zones de badge bleu ou ne gênent pas les automobilistes qui se garent avec le soin et l’attention voulus. »

L’analyse des contraventions de stationnement s’est basée sur le nombre de dossiers obtenus auprès de l’Agence des permis de conduire et des véhicules (DVLA) par des entreprises poursuivant les propriétaires de véhicules pour des infractions présumées dans les parkings privés, comme dans les centres commerciaux, les installations de loisirs et les aires d’autoroute.

Ils n’incluent pas les parkings communaux.

Quelque 178 entreprises de gestion de stationnement ont demandé des dossiers sur les propriétaires de véhicules au cours des trois mois se terminant fin septembre.

ParkingEye a été le plus actif, achetant 573 000 disques.

La DVLA facture aux entreprises privées 2,50 £ par enregistrement.

L’agence affirme que ses honoraires sont fixés pour couvrir le coût de la fourniture des informations et qu’elle ne gagne aucun argent grâce au processus.

Le DLUHC a été contacté pour un commentaire.